La Billebaude

 

Qu’est-ce que la billebaude ?

 

La billebaude est une technique photographique qui consiste à réaliser une approche au cours d’une balade qui très souvent a lieu le matin dès l’aube (ou bien le soir) au moment où les animaux sont les plus actifs et les lumières les plus belles.

Contrairement à l’affût, avec cette technique, le risque d’être vu ou senti avant même d’avoir vu est grand, comme le but étant de ne pas faire fuir les animaux, mais de vouloir partager un moment de leur vie que je qualifierai de « magique », des techniques existent afin de ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment mais pour optimiser ses chances de réussite ! Ce n’est également qu’avec un peu d’expérience, que l’on peut espérer réussir LA photo !

________________________________

 

La première étape : le repérage

C’est l’étape que je qualifierai des plus fastidieuses ! En effet, elle prend beaucoup de temps et pour mettre toutes les chances de son côté, il faut  un territoire si possible varié où alterne : champs, bois, cultures, avec des chemins qui permettent de faire un circuit dans un sens ou dans l’autre, pourquoi ? Parce que notre ennemi numéro un est le vent et comme celui-ci ne souffle pas toujours dans la même direction, il est primordial de l’avoir de face ! Pour cette étape de repérage, pensez à Google Earth… 

 

Seconde étape : le parcours

Inutile de choisir un grand territoire (le mien ne fait guère plus de 3km que je ne parcours que très rarement lors d’une même matinée). Effectuez  le circuit après qu’il ait eu plu, les traces ou les indices dans la boue sont d’avantages visibles. N’hésitez pas non plus à prendre des notes sur un petit carnet ! Et surtout, prendre son temps, ne pas aller trop vite, et le refaire plusieurs fois pour en mémoriser les détails ou formes avant même de se lancer pour une vraie sortie !

 

Troisième étape : le matériel

Je dirais peu importe, car seul compte une bonne connaissance du terrain, des animaux « traqués », de son matériel ! Pour preuve, toutes mes photos sont réalisées à maxi au 300mm voir moins et sans recadrage…

 

Quatrième étape : le jour J

Voilà le moment tant attendu ! Une tenue de camouflage est plus que nécessaire ça va de soi, avec au minimum : casquette, gants et filets ! Il est également plus que recommandé de recouvrir son objectif et son boitier pour plusieurs raisons : le matériel est protégé de l’humidité, d’un risque de rayure, cache les parties brillantes et atténue le bruit lors du déclenchement !

 

Prêt ? Aller, y’a plus qu’à comme on dit ! On prend la direction du vent, puis on avance à pas de loup,…, Vous me suivez ? Car j’ai encore pleins de choses à vous apprendre sur le terrain, sans compter ce que Dame Nature a à nous montrer… ça vous dit ?

 

 

Patience, Persévérance, Silence, Discrétion, Passion, Respect et Equité